Revenir à la liste des articles

…Scanne ta plage : Les résultats

Vous attendiez les résultats et interprétations du projet  Scanne ta plage  avec impatience ? Comme une belle vague lors d’une période de flat, les résultats se sont fait désirer.               Mais, ça y est : préparez votre wax, la session va débuter !

Pour celles et ceux n’ayant pas encore pris connaissance du premier article sur le sujet -> rdv ici

Le littoral aquitain :
une moyenne de 26 micro-déchets au m2 pour nos plages !

Après avoir écumé 19 de nos belles plages régionales, au bout d’exactement 173,36 m2 de surface de sable tamisée, nous avons prélevé au total 4 450 micro-déchets. En moyenne, cela représente 26 micro-déchets au m2 dans le sable de nos plages d’Aquitaine ! 

Imaginez cette quantité de micro-déchets chez vous ? Cela représenterait, pour une maison de 150 m2 par exemple, pas moins de 4 000 déchets jonchant sur votre parquet ! Vous habitez un studio de 20 m2 ? Il est ici question de plus de 500 déchets !

Il est temps de faire un grand nettoyage de printemps, vous ne pensez pas ? 

Pour comprendre davantage les enjeux de ce grand ménage, et par la suite mettre en place les changements nécessaires pour ne plus avoir à faire un tel nettoyage, nous vous invitons à lire la suite. Découvrez les résultats de cette étude un peu plus bas.

Le podium des plages

Vous les connaissiez déjà en tant que spot, avec leurs particularités bien à elles… 

Découvrez-les désormais en tant que reflets de la pollution humaine.

La plage de Moliets est de loin la médaillée d’or des plages les plus polluées puisque son taux de micro-déchets surpasse d’environ seize fois celui de sa vice championne : Bidart. 

Afin d’observer au mieux les différences entre les plages, le diagramme suivant a été réalisé sans les données de Moliets, puisque son taux de micro-déchets dépasserait nettement celui des autres.

Les résultats nous apprennent que les plages de Moliets (394, 09 m-d/m2), de Bidart (25,45 m-d/m2), du Cap Ferret (23,86 m-d/m2), de Hossegor (22,95 m-d/m2), ou encore de Contis les Bains (18,30 m-d/m2) sont les plus polluées. Comme vous pouvez le constater, Moliets, c’est un petit peu comme les vagues de Nazaré, elles sont nettement au-dessus des autres ! 

Viennent ensuite les plages de Vieux-Boucau (14,39 m-d/m2), Soulac (12,35 m-d/m2), Carcans Sauvage (10,03 m-d/m2), Mimizan (7,80 m-d/m2), ou encore Hendaye (7,72 m-d/m2). Elles sont comparables aux vagues de 6 à 7m… 

Les plages de Carcans (4,31 m-d/m2), du Porge Sauvage (4,09 m-d/m2), de Vielle-Saint-Girons (3,86 m-d/m2) et du Grand Crohot (3,18 m-d/m2) correspondent, quant à elles, aux vagues plus modestes, accessibles aux débutants. 

Enfin, terminons par les plages que nous pouvons assimiler à l’écume des vagues où nous apprenons à surfer. De par leur quantité de micro-déchets faibles, les plages de Gurp (1,81 m-d/m2), du Porge (1,81 m-d/m2), du Hourtin (1,63 m-d/m2), de Biscarosse (1,36 m-d/m2) et de Lacanau (0,91 m-d/m2) sont celles étant le moins polluées, selon notre étude. 

Une pollution de moins en moins importante à proximité de l'eau

En effet, il a été estimé que plus on s’éloigne de l’eauplus les déchets sont nombreux. 

Autrement dit, au pied de la dune (strate D), le nombre de micro-déchets est plus important au m2 qu’au niveau de la strate la plus proche de l’eau (strate A). Cette observation graduelle est visible graphiquement cependant, cela n’a pas été confirmé statistiquement. Les données sont en effet trop hétérogènes selon les plages. Pour confirmer ce postulat, des données sur de nouvelles plages pourraient être récoltées. 

1

Des micro-déchets de tailles et de natures diverses et variées

Grâce aux deux camemberts ci-dessous, nous vous proposons de découvrir la proportion de ces déchets variés en fonction de leur nature, puis de leur taille. 

L’étude Scanne ta plage a révélé que les déchets retrouvés dans le sable des plages aquitaines était majoritairement des micro-fragments, mais aussi des billes aussi appelées « larmes de sirènes »

Ces fragments sont de tailles variées. Allant de moins de 2 mm à plus de 5 mm, ils sont un danger pour tous les maillons de la chaîne alimentaire. 

Les larmes de sirène sont, quant à elles, les plus nuisibles. Issues du désagrègement de divers produits plastiques, elles constituent la matière première de la production plastique des usines. Les industries les font, en effet, fondre afin de fabriquer divers produits dérivés utilisant cette matière. Du fait de leur taille microscopique, inférieure à 5 mm, elles menacent toutes les espèces, y compris la nôtre ! Ces petites billes au nom envoûtant sont ingérées par tous et, elles se retrouvent même jusque dans les foetus de nos futurs enfants ! (selon une étude récente de The Guardian)  

L'IMU et ses facteurs sans influence apparente

Qu’est-ce que l’IMU ?

C’est un indice multicritère d’urbanisation mettant en relation le taux de micro-plastiques et l’urbanisation des plages. Il prend en compte la population municipale près de la plage en question, le nombre d’habitants en été, la superficie urbanisée, la présence de commerces sur le front de mer, ainsi que la distance de celle-ci avec les grands axes routiers

Après analyse des résultats de Scanne ta plage, aucune corrélation pertinente n’a pu être trouvée avec l’IMU. Que ce soit en comparaison avec le nombre de déchets par m2, ou bien avec la masse. Un test a également été réalisé uniquement entre la pollution et le nombre d’habitants en été, test auquel aucune corrélation n’a pu être prouvé. 

La cartographie

Enfin, découvrez les conclusions de notre étude Scanne ta plage ainsi que la carte des 19 plages du littoral aquitain !

Les 6 grands constats et conclusions de Scanne ta plage :

1- Un lien de corrélation a été confirmé entre la pollution des plages et leur proximité avec les embouchures. En effet, les plages les plus polluées sont situées à proximité d’embouchures, c’est le cas de celle de Moliets. L’ensemble de l’équipe de Coz I Surf Defender s’est par conséquent penchée sur ce problème afin d’en imaginer des solutions. Nous avons donc le plaisir de vous annoncer un de nos futurs projets : la filtration des cours d’eau. Nous reviendrons sur ce sujet dans un futur proche ! En ce qui concerne l’hypothèse no.1, établie à la base de cette étude, elle a été réfutée. Nous avons en effet constaté qu’il n’existait aucune corrélation entre l’urbanisation des plages et leur pollution. 

2- L’IMU ne permet pas d’expliquer cette répartition des micro-déchets sur nos plages. L’urbanisation n’est en effet pas le facteur principal de pollution selon nos conclusions. Bien que ces plages urbanisées soient nettoyées régulièrement par des engins municipaux, cela n’a pas affecté notre étude. Nous avons discuté avec les personnes chargées de ce service et, nous avons établi que, puisque leur plus petite maille de tamisage était de 28 mm,  les micro-déchets récoltés lors de Scanne ta page n’étaient pas impactés. Notons tout de même cette belle initiative des collectivités du littoral aquitain ! 

De plus, constatant que l’urbanisation locale n’était pas la principale cause de pollution des plages, notre nouvelle hypothèse se tourne alors vers l’apport des déchets par les océans. En effet, la présence d’innombrables déchets dans les laisses de mer (c’est ce que l’océan laisse sur la plage après une marée haute : des débris en tous genres, d’origine naturelle ou humaine) est un important indice. Une manière de confirmer notre nouvelle hypothèse serait d’échantillonner la colonne d’eau ou les sédiments marins superficiels.

3- L’hypothèse no.2 établissant une corrélation entre la pollution de la zone d’une plage et sa proximité avec l’eau semble confirmée graphiquement. Elle reste cependant à prouver statistiquement. Le nombre de déchets diminue au fur et à mesure que l’on se rapproche de l’océan, et est maximal au pied de la dune. Nous en avons déduit que cela était probablement dû au fait qu’à cet endroit, le sable n’est que très peu touché par les marées, et les fragments s’y accumulent donc. Notre constat nous permet d’affirmer, d’ores et déjà, que lors de futures collectes de déchets, cette strate devra faire l’objet d’une attention toute particulière.

4- Les répartitions des déchets par type nous apprend que, les échantillons de sable récoltés pour Scanne ta plage contenaient, à quantité environ égale, à la fois des fragments plastiques, mais aussi des billesÉgalement surnommées « larmes de sirènes », ces billes plastiques sont caractéristiques de la pollution des plages. Elles ont été retrouvées en grand nombre sur toutes les plages échantillonnées. Elles sont utilisées par l’industrie du plastique qui les fait fondre pour fabriquer tous les objets en plastiques que nous connaissons et utilisons quotidiennement. Le fait qu’elles représentent la moitié des déchets retrouvés sur les plages est un problème à prendre très au sérieux ! Elles contaminent en effet les réseaux trophiques (soit l’intégralité des niveaux des chaînes alimentaires océaniques) à tous les stades, par bioaccumulation (accumulation progressive d’une substance spécifique dans le corps d’un organisme vivant). Nous n’échappons d’ailleurs pas à cette contamination. 

5- D’après les résultats et la proportion par taille des déchets récoltés, nous constatons qu’un quart des fragments plastiques sont inférieurs à 2 mm. Cette observation est cependant à prendre avec des pincettes du fait de la difficulté à comptabiliser les fragments de trop petite taille, même avec une loupe binoculaire. De plus, les autres gammes de tailles sont environ équivalentes. Il est difficile de statuer sur une maille de tamis idéale pour étudier les plages à grande échelle.

6- Enfin, la cartographie, réalisée à partir des résultats de Scanne ta plage, nous permet d’établir diverses constatations à propos de la pollution de notre littoral. Les plages situées aux abords des embouchures montrent les niveaux de pollution les plus élevés. C’est le cas pour les plages de Soulac (Estuaire de la Gironde), du Cap Ferret (Embouchure du bassin d’Arcachon), de Hendaye (Embouchure de la Bidassoa), Bidart (embouchure de l’Uhabia), Hossegor (Embouchure du lac d’Hossegor), du Vieux Boucau (courant de Soustons), de Moliets (embouchure du courant d’Huchet qui longe le littoral) ou encore de Contis (courant de Contis). 

Cela soulève une nouvelle hypothèse : la pollution pourrait également provenir des affluents fluviaux qui débouchent sur l’Océan. Si l’on s’intéresse à la plage de Moliets, située au niveau de l’embouchure du courant d’Huchet, on remarque que ce courant parcourt le littoral sur plusieurs centaines de mètres. Il lessive alors probablement des déchets sur toute cette continuité. Un échantillonnage de ce courant pourrait être très utile afin de déceler une potentielle source, et la prélever. Ce cours d’eau étant pourtant classé réserve naturelle, donc nettoyé fréquemment, nous nous questionnons sur l’origine de la pollution à cet endroit.

Nous avons conclu, d’après la cartographie des plages d’aquitaine et leur pollution, que de futures analyses seraient nécessaires. Nous prendrons de nouveaux paramètres en considération : notamment les courants, les vents, ou d’autres facteurs pouvant avoir une influence sur le transport des micro-plastiques dans les fleuves et l’Océan.

L’étude Scanne ta plage et ses conclusions nous ont donc permis de mettre en lumière de nombreux phénomènes jusqu’alors inconnus

Le taux de micro-plastiques par mètre carré, sur un transect de 19 plages réparties sur 230 kilomètres de cordon sableux, a été établi. Puis un classement des plages prenant cette pollution en compte a pu être réalisé. Nous avons ensuite pu apprendre que le taux de déchets était maximal sur la strate située au pied de la dune. Pour finir, certaines zones du littoral, proches des embouchures, sont plus touchées par la pollution que les autres. Les Landes et le Pays Basque sont des départements dont les côtes sont bien plus touchées que les côtes girondines. 

Les sources de ces pollutions locales sont encore à déterminer. Si les fleuves n’en sont pas les uniques responsables, qu’elles en sont les autres causes ? 

Nous espérons pouvoir organiser un événement d’information, 

mais surtout d’échange sur ce sujet très prochainement. 

 

POUR ÊTRE TENU.E.S INFORMÉ.E.S DE CE FUTUR RASSEMBLEMENT,

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER !👇🏼

 

Ne ratez rien de l’avancée de Scanne ta plage et de tous les projets qui vont en découler ! 

Nos derniers articles

...Scanne ta plage : Les résultats

...Scanne ta plage : Les résultats

20 janvier 2021

Les résultats de Scanne ta plage sont enfin arrivés ! Après avoir écumé 19 de nos belles plages régionales, au bout d'exactement 173,36 m2 de parcelles de sable tamisées, nous avons prélevé au total 4 450 micro-déchets. En moyenne, cela représente 26 micro-déchets au m2 dans le sable de nos plages d'Aquitaine ! Lire la suite

Un projet : Scanne ta plage...

Un projet : Scanne ta plage...

3 janvier 2021

Nos plages françaises sont de plus en plus polluées et cela n’est pas toujours visible à l’œil nu. Dans le but de combattre ce fléau, Coz I Surf Defender a eu une idée. Ce projet ? C’est Scanne Ta Plage ! Pour profiter pleinement de notre trésor aquitain, et de manière éco-responsable, c’est par ici les ami.e.s ! 👇 Lire la suite

Surfeurs écolos : les 7 commandements pour protéger l’environnement

Surfeurs écolos : les 7 commandements pour protéger l’environnement

20 mai 2020

L’industrie du surf produit d’importantes quantités de déchets, ayant un impact négatif sur les milieux marins. Votre combi’, votre board mais aussi la wax et la crème solaire que vous utilisez sont loin d’être des modèles d’éco-conception ! Lire la suite